Menu Content/Inhalt
Qui sommes-nous ? arrow Les plantes
Les plantes
Que sont les fleurs de Bach ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

«  La santé est l’union absolue et parfaite entre l’âme, l’esprit et le corps » E. BACH

Le Dr. Bach, médecin homéopathe bactériologiste, a consacré sa vie à la recherche d’une médecine naturelle, prenant en compte la globalité de l’individu et la notion de conflit, cause - selon lui - de la maladie.
Il a découvert 38 fleurs, correspondant chacune à une émotion et un état d’esprit particulier ; ces fleurs sont des fleurs d’arbres, des fleurs sauvages, et de l’eau de roche.

Ces 38 fleurs sont classées en 7 groupes correspondant aux conflits fondamentaux qui nous empêchent d’être réellement et entièrement nous-mêmes : la peur, les influences, l’incertitude…

Le principe d’élaboration est la solarisation : l’eau, sous l’action du soleil, s’imprègne de  « l’esprit » de la fleur.
Le pouvoir vibratoire de la fleur (alliance terre air eau feu) aide à son tour l’homme à relever son taux vibratoire, à transformer ses attitudes négatives en pensées et comportements positifs ; les fleurs aident à gérer les émotions en douceur, en apportant équilibre et bien-être, à retrouver force, confiance et joie de vivre.

Elles agissent spécifiquement sur l’état émotionnel de l’individu dans des situations de souffrance, de difficulté, de fatigue, blocages, tensions, de mal être.

Lire la suite...
 
Lavandes... Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

« Quand j’avais les yeux fermés, dans la nuit de ma petite chambre,
la chère colline venait à moi et je m’endormais sous un olivier, dans le parfum de lavandes perdues. »
Marcel Pagnol

Mais tout d’abord un peu d’histoire et quelques idées, pour compléter les instants de contemplation et de humage de cette  reine de Provence.

L’origine du mot lavande : du verbe latin lavare : laver.
Bien avant qu’on pense à créer les sels de bain, les déodorants, les insecticides assurant « la mort parfumée du pou », elle servait aux Romains pour parfumer leur bain. On en plaçait des sachets dans les coffres et les armoires et on l’utilisait sous forme d’huile pour badigeonner les bois de lit afin de chasser les punaises ; on l’appliquait sur la tête des enfants pour tuer poux et lentes.
Sainte Hildegarde la préconisait comme cicatrisant et, en Provence, les chasseurs utilisaient ses vertus pour minimiser l’action du venin quand leurs chiens se faisaient mordre par des serpents.
Daniel Maurin nous rappelle les recommandations de Sainte Hildegarde : « Celui qui fait cuire de la lavande aspic avec du vin ou, s’il n’a pas de vin, avec du miel et de l’eau, et qui en boit tiède souvent, verra ses douleurs de foie et de poumon adoucies… La lavande dont la nature est d’être sèche et chaude a les propriétés de la science pure et de la nette intelligence ».

Lire la suite...